Qu'est ce qu'un IAC ?

Afin d'illustrer les nouvelles conditions climatiques dans lesquelles les plantes et les animaux devront évoluer localement, les variables climatiques sont retravaillées de manière à cibler des contraintes potentielles (préjudiciable au fonctionnement physiologique) ou bien inversement de nouvelles opportunités climatiques. On parle alors d'indicateurs agro-climatiques, révélateur de l'évolution de la « pression climatique » par comparaison entre une période de référence et une période future.

  • Exemple de contrainte : les fortes chaleurs, caractérisées par un nombre de jours où la température maximale est supérieure à 25°C lors de la fin du cycle de développement des céréales à paille (le blé tendre notamment), provoquent un défaut de croissance des grains et donc limitent le rendement final.
  • Exemple d'opportunité : l'augmentation tendancielle de la température moyenne rend possible une valorisation d'un potentiel thermique supérieur, permettant par exemple d'envisager la réussite d'une culture dérobée entre deux cultures principales.

Des IAC déjà prédéfinis dans CANARI

Afin de simplifier l'approche des IAC par cultures, on peut estimer que les quatre événements climatiques majeurs suivants sont susceptibles d’affecter le rendement des principales cultures (annuelles, pérennes) : le déficit hydrique, l’excès en eau, les hautes températures et les basses températures. De même, l’intervention de phénomènes climatiques extrêmes et ponctuels (grêle, gel tardif, orage, etc.) va occasionner des pertes de rendement. A chaque culture correspond des périodes d’intérêts au cours desquelles un stress peut induire un impact. La connaissance de la physiologie des cultures et des stress climatiques associés va permettre de déterminer des IAC d’intérêt par cultures.

De multiples calculs d'IAC sont donc envisageables selon les orientations de productions de chaque exploitation agricole. La plupart du temps, les IAC vont chercher à illustrer des changements similaires, par exemple le stress lié à l'augmentation du nombre de jours chauds. Cependant, les périodes d'intérêt et/ou les seuils de température peuvent être à ajuster selon les productions auxquelles on s'intéresse ou bien la zone géographique considérée.

Afin d'aider les utilisateurs à cerner les possibilités de calcul en matière d'IAC, CANARI propose des indicateurs organisés par thématique :

  • Des indicateurs généraux non spécifiques d’une culture ou filière :
    • Température : température moyenne/maximale/minimale, amplitude thermique, somme de température, nombre de journées chaudes/froides, etc.
    • Pluviométrie, ETP, déficit hydrique : cumul de précipitations, nombre de jours de pluie intense, cumul de déficit hydrique, etc.
    • Autres variables : cumul de rayonnement, vitesse moyenne du vent, etc.
  • Des indicateurs spécifiques d’une culture ou filière (liste non exhaustive) :
    • Céréales d’hiver : indicateurs spécifiques aux céréales à paille (blé, orge, triticale, etc.) ciblant notamment les risques liés aux fortes chaleurs, au gel et au déficit hydrique
    • Maïs, tournesol, betterave : indicateurs spécifiques aux cultures à cycle estivale (ex. : maïs ou le tournesol) ciblant notamment les risques liés aux fortes chaleurs et au déficit hydrique
    • Colza : indicateurs ciblant notamment les difficultés possibles lors du semis (faibles précipitations) et les conditions climatiques automnales (jours de gel, déficit hydrique)
    • Pois protéagineux : indicateurs adaptés aux légumineuses graines et ciblant les risques liés aux fortes chaleurs et au déficit hydrique
    • Fourrages : indicateur concernant les surfaces fourragères herbagères, et ciblant les dates de valorisation (mise à l'herbe, fauches) et les risques de stress hydriques à différentes saisons
    • Animaux : indicateurs ciblant la sensibilité des bovins aux vagues de chaleur, ainsi que les besoins en chauffage et ventilation des bâtiments d'élevage fermés (porc, volaille)
    • Vigne : indicateurs ciblant l'évolution de la disponibilité thermique (lien avec le choix des cépages), l'évolution de la fraîcheur des nuits pré-vendanges (lien avec la qualité du vin), ou bien les risques de gel tardif et de stress hydrique lors du cycle de développement

Chacun des IAC proposé dans CANARI demeure ajustable par l'utilisateur, que ce soit pour la période ou bien de seuil de calcul.


© 2022 Solagro - Makina Corpus - Mentions légales - Nous contacter : canari@solagro.asso.fr